INFORMATIONS



« Frères, soyez toujours
dans la joie »


« Soyez toujours dans la joie », tel est l’appel que nous lance St Paul en ce troisième dimanche de l’Avent. Cette invitation a été développée il y a deux ans par le Pape François dans une exhortation apostolique : « La joie de l’amour » (Amoris laetitia). Il nous invite à vivre cette joie de l’amour tout particulièrement au coeur de nos familles. Cette joie de l’Amour vécue dans nos « Eglises domestiques », c’est aussi la joie de toute l’Eglise qui fait sienne l’attitude de Jésus qu’annonce déjà Jean-Baptiste dans l’Évangile de ce dimanche. Jésus qui, dans un amour sans limite, s’est offert pour chaque personne sans exception. Si les situations difficiles, douloureuses, injustes, insupportables, qu’il nous arrive de vivre nous donnent une forme d’impuissance, n’est-ce pas en Jésus que nous pouvons nous tourner ? Il nous guide vers celui qui est à l’origine de tout bien et qui veut le bonheur de tous : son père, notre père. Jésus qui dit à l’oreille de chacun : « que veux-tu que je fasse pour toi ? ». Que veux-tu que je fasse pour que tu aies ma joie ? La joie que j’ai à t’aimer, tel que tu es, dans tout ce que tu vis. Jésus vient à nous, annoncé par Jean-Baptiste, il vient dans notre monde, il vient dans mon monde intérieur, il vient demeurer en moi. Quelle « crèche » va-t-il trouver en moi ? N’est-ce pas le moment de la rendre belle, lumineuse, humble, accueillante, joyeuse comme à l’approche d’une naissance, à l’exemple de la Vierge Marie. Au cours de cette semaine, apprenons à découvrir « celui qui se tient au milieu de nous » et que nous connaissons si mal.
La joie chrétienne se fonde sur la présence de Dieu au milieu de nous, entre nous, dans la personne de Jésus, son Fils et notre frère. Joie tranquille et sereine en nous, quand nous entrons dans le silence de la prière pour l’écouter, lui parler, lui confier notre vie, nos joies, nos soucis et nos peines, reconnaître sa grâce et notre petitesse. Cette joie ressemble à la nôtre, lorsque nous vivons entourés de présence : celle des membres de nos familles, de nos amis, de nos communautés de vie. Pensons aussi à toutes les personnes qui ne connaissent pas cette joie. Par des visites, le téléphone, le courrier, soyons des moyens de communiquer des signes de présence et de joie.
La joie est le premier fruit de la charité, de cet amour de Dieu auquel on s’associe en aimant nos frères. N’en avez-vous pas fait l’expérience ce dimanche, ou le précédent, en préparant ce que vous alliez apporter aujourd’hui dans le « panier du frère » : une joie qui vous emplissait le coeur ?

Denis FAUPIN Diacre 

 

Je télécharge la feuille paroissiale ENSEMBLE (17 Déc. 2017)


Le mot du curé

 

L’immigré est celui qui vient d’ailleurs pour vivre chez nous. En cette période de l’Avent, rappelons-nous que le Pape François insiste sur l’accueil de ceux qui viennent d’ailleurs. Ils ne le font pas de gaieté de coeur, mais parce qu’ils n’ont plus vraiment de choix. L’Avent, qu’est-ce d’autre sinon que de préparer la venue de celui qui vient d’un ailleurs absolu, et qui est le tout autre ? En cela, l’accueil du Christ à Noël est en parfaite corrélation avec l’accueil de l’immigré. Au début de son Évangile, Saint Jean dit bien comment le Verbe de Dieu n’a pas été accueilli. Lors du dernier conseil pastoral élargi, nous avons travaillé à partir d’un document du pape à propos de la Journée mondiale du migrant et du réfugié 2018, journée qui aura lieu le deuxième dimanche de janvier. Juste avant cette journée, nous avions déjà abordé le sujet lors de l’accueil des paroisses jumelles de Nysa, Utrecht et Lüdinghausen. Le premier dimanche de janvier, l’Épiphanie, nous vivrons la messe des peuples à Notre-Dame-des-Champs lors de la messe du samedi soir. N’oublions pas qu’après les bergers, ce sont des étrangers qui ont reconnu que le Sauveur du monde était né. C’est dans ce contexte, celui de l’accueil de l’autre et du tout autre, que nous vivrons notre prochaine assemblée paroissiale élargie, vers la mi-janvier.


ÉCOUTONS CE QUE NOUS DIT LE PAPE FRANÇOIS

 

"Chaque année, la crèche et l'arbre de Noël nous parlent par leur langage symbolique. Ils rendent encore plus visible ce qui se saisit dans l'expérience de la naissance du Fils de Dieu. L'arbre tendu vers le haut nous stimule à tendre nous-mêmes vers les dons les plus grands, à nous élever au-dessus des brumes qui obscurcissent, pour expérimenter qu'il est beau et joyeux d'être immergés dans la lumière du Christ. Dans la simplicité de la crèche,
nous rencontrons et nous contemplons la tendresse de Dieu, manifestée dans celle de l'Enfant Jésus. La crèche est le lieu suggestif où nous contemplons Jésus qui, prenant sur lui les misères de l'homme, nous invite à en faire autant, à travers les oeuvres de miséricorde"


La Messe des Peuples :
un projet de Noël paroissial


Martin Luther King dans son célèbre discours prononcé le 28 août 1963 disait : « I have a dream » J’ai un rêve, une ambition ou un projet. Si la réalisation d’un projet est une difficulté, le courage pour avoir le projet, le conceptualiser, oser le laisser habiter notre esprit pour recevoir une forme est aussi une difficulté d’un autre ordre.
En lisant une correspondance d’une ancienne de l’EAP qui a très longtemps organisé cette messe, dans le cadre des préparatifs de la messe des peuples, on peut comprendre que nous sommes bien conscients du caractère extraordinaire que revêt le présent projet, de toutes les exigences et les difficultés à le réaliser, vu le temps qui nous sépare du 6 Janvier. En revanche ce qui nous permet d’avoir un tel rêve pour notre famille paroissiale, c’est votre amour du Christ et de l’Eglise, votre détermination communautaire et individuelle à relever les défis et à faire face aux challenges. Cependant nous voudrions compter sur la participation active de tous les peuples présents sur notre groupement TBB pour la réussite de ce Noël paroissial des peuples.
C’est pourquoi des représentants des différentes communautés de notre paroisse seront invités mi-décembre à une réunion de coordination pour que la messe des peuples de notre groupement soit une belle réussite.

Désiré ATINKOUKOU, pour le comité d’organisation


OPERATION  10 MILLIONS d’ETOILES

 

Comme chaque année le SECOURS CATHOLIQUE lance l’opération 10 millions d’étoiles. A cette occasion nous proposons des bougies contre un don minimum.

 

La symbolique et la signification qu’on donne à la bougie sont importantes Une bougie et sa lumière, c’est la paix, la réconciliation, la chaleur humaine, l’amour, la force, la communion, la solidarité, la volonté, le courage…….

 

En ce temps de Noël chaque bougie allumée, dans un foyer, symbolise une union étroite avec l’étoile de Bethleem. Et une pensée pour les personnes déshéritées.

 

Vos dons serviront pour moitié à financer une sortie d’été proposée aux personnes que l’équipe TBB aide et l’autre moitié sera réservée à l’action internationale soutenue par l’équipe: projet en cours d’élaboration par la délégation du Val d’Oise.                


DENIER 2017

"Donnons à l’Église les moyens d'annoncer le Christ" 

 

"Votre don s’inscrit dans l’histoire. Il permet à l’Église de toujours être signe de l’amour de Dieu, quoi qu’il arrive. Le denier n’est pas un don comme les autres, il est une évidence à quiconque participe de près ou de loin à l’annonce de l’Évangile." 

+ Stanislas Lalanne
Évêque de Pontoise

 

JE FAIS UN DON A L’ÉGLISE